Diamants


IMPACT sur les diamants


IMPACT œuvre depuis près de vingt ans à enrayer le commerce illicite des diamants. En 2000, nous avons publié The Heart of the Matter: Sierra Leone, Diamonds and Human Security, l’une des premières études à établir la corrélation entre les diamants et le financement de conflits. Notre action pour l’instauration d’une chaîne d’approvisionnement en diamants gérée avec diligence nous a d’ailleurs valu d’être en lice pour le prix Nobel de la paix, en 2003.


Qu'est-ce qu'un diamant?

Le diamant est une pierre précieuse dure qui se forme naturellement pendant des milliards d’années dans des conditions de température et de pression extrêmes, profondément dans le manteau terrestre. Ramenés à la surface à l’occasion d’éruptions volcaniques, les diamants sont ensuite brisés et transportés sur de vastes territoires au fil du temps par le vent et les eaux. La technologie moderne permet aussi de concevoir des diamants synthétiques en laboratoire, en reproduisant les conditions de formation naturelle des diamants.

Où trouve-t-on les diamants?

On trouve des diamants dans de nombreux pays, notamment d’importants gisements en Russie, au Canada, en Afrique du Sud et en République démocratique du Congo (RDC). Après l’extraction, les diamants bruts sont envoyés dans des centres de fabrication où s’effectuent la taille et le polissage, par exemple à Hong Kong, Mumbai, New York, Tel-Aviv, Dubaï et Anvers, le plus important d’entre eux.

Comment extrait-on les diamants?

La première technique, l’extraction minière d’une cheminée diamantifère, est un procédé industriel qui suppose d’excaver en profondeur les gisements de kimberlite – gisements primaires de roche formée par suite des éruptions volcaniques – pour créer des mines à ciel ouvert. L’extraction alluviale des diamants est l’autre technique : de façon artisanale ou par des procédés industriels à petite échelle, le diamant est extrait de gisements secondaires ramenés à la surface de la terre et transportés par les eaux pendant des millions d’années. Selon la Banque mondiale, un diamant sur cinq est extrait par des mineurs artisanaux, soit ceux qui, individuellement ou en groupe, effectuent l’extraction alluviale avec un équipement très simple et rudimentaire, et souvent de manière informelle.

À quoi les diamants servent-ils?

Si les diamants sont souvent associés à la fabrication de bijoux, on s’en sert aussi à de nombreuses fins industrielles. Par sa dureté et sa durabilité, le diamant est idéal pour polir, couper, percer et graver des matières robustes comme le granite et le quartz. Les diamants sont également utilisés dans la fabrication de produits électroniques tels que des haut-parleurs de qualité supérieure, de même que pour fabriquer des fenêtres, des produits abrasifs et même des soins de beauté.

Diamants, sécurité, et droits de la personne

C’est d’abord à l’époque des guerres civiles d’Afrique, dans les années 1990, que la question des « diamants de sang » a retenu l’attention de la communauté internationale. Des groupes de rebelles utilisaient alors ces pierres précieuses, légères et de grande valeur, pour financer des conflits, causant des violences sans fin.

Or l’indignation de la communauté internationale a donné lieu à la création du Processus de Kimberley (PK) en 2000, puis à l’adoption du Système de certification du PK, un régime de certification des diamants bruts sans conflit. C’était la première fois que les gouvernements, la société civile et le secteur privé faisaient front commun pour s’attaquer à une question fondamentale de droits de la personne. Les pays membres du PK doivent imposer des exigences minimales, notamment prouver l’origine des diamants bruts.

Mais au fil des ans, à mesure que le commerce des diamants se transforme, des voix s’élèvent pour que le PK élargisse sa définition des « diamants de conflit » afin de tenir compte de la violence et des violations des droits de la personne faites par des gouvernements et des entreprises privées du secteur militaire, entre autres acteurs, et donc pas seulement par des groupes de rebelles désireux de financer des conflits pour renverser des gouvernements légitimes en place.

La contrebande, le blanchiment d’argent et le prix de transfert – quand les pôles commerciaux exportent les diamants à des prix supérieurs à leurs prix d’importation – sont à prendre en compte dans la chaîne d’approvisionnement en diamants d’aujourd’hui et augmentent le risque pour les exploitants miniers, leurs communautés et les pays producteurs. Ces nouveaux enjeux souillent la chaîne d’approvisionnement légale : des diamants illicites y circulent et les communautés ne reçoivent pas une juste contrepartie pour leurs ressources naturelles.

Dans le monde, des millions de personnes dépendent de l’extraction diamantifère artisanale pour subsister. Or dans plusieurs régions, il s’agit encore d’une activité informelle et non réglementée, les exploitants miniers œuvrant en parallèle de l’économie officielle. Les droits de la personne peuvent être mis à mal dans les mines, sans compter que les orpailleurs travaillent souvent dans des conditions non sécuritaires et sans formation, équipement de sécurité ou outils adéquats. Que l’extraction minière artisanale soit une activité parallèle non réglementée peut en outre avoir des effets dévastateurs sur l’environnement, notamment l’érosion du sol et la déforestation.



Nous révélons

Nous révélons

Nous réalisons des enquêtes et études approfondies sur la chaîne d’approvisionnement en diamants, ce qui nous amène à formuler d’importantes recommandations pour la conception de meilleurs systèmes dans le but d’enrayer le commerce illicite des diamants de conflit.

Par nos travaux, nous cherchons à révéler la violence et les violations des droits de la personne qui ont cours dans le contexte de l’extraction diamantifère. Nous examinons aussi les catalyseurs du commerce illicite, par exemple le laxisme des contrôles dans les pays et les pôles commerciaux, puis nous formulons des recommandations en vue de la formalisation du secteur de l’extraction diamantifère artisanale.

Nous menons aussi des analyses au regard de la certification, de la traçabilité et du devoir de diligence relativement à la chaîne d’approvisionnement en diamants.

Nous innovons

Nous innovons

Dans la foulée de nos actions visant à améliorer la gestion de la chaîne d’approvisionnement en diamants, nous étions parmi les membres fondateurs du Processus de Kimberley (PK) en 2000 et avons aussi contribué à l’élaboration du Système de certification du PK, un régime de certification des diamants bruts sans conflit. Toujours membre du PK, nous figurons également parmi les membres fondateurs de la Coalition de la société civile du PK, soit le troisième pilier de l’initiative aujourd’hui qui se charge des questions de violation au sein de la chaîne d’approvisionnement en diamants, de formuler des recommandations et d’aider les membres à les appliquer.

Nous avons participé à l’élaboration et à la mise en œuvre de régimes pour le secteur privé qui prônent la transparence et l’exercice du devoir de diligence dans le milieu diamantifère, notamment le Guide OCDE sur le devoir de diligence pour des chaînes d’approvisionnement responsables en minerais provenant de zones de conflit ou à haut risque.

Nous assurons le développement des capacités et la sensibilisation des décideurs, de la société civile et du secteur privé quant à leur obligation de conformité avec le PK et le Guide OCDE sur le devoir de diligence. Avec les parties prenantes, nous mettons aussi au point des stratégies pour renforcer les contrôles et ainsi enrayer le commerce illicite.

Nous nous engageons

Nous nous engageons

Notre mission d’enrayer le commerce illicite des diamants comporte un important volet de communications entre les parties prenantes pour mettre de l’avant la traçabilité et le devoir de diligence, mais aussi pour veiller à ce que les exploitants miniers artisanaux et leurs communautés en retirent les bénéfices.

Nous sommes l’un des membres fondateurs de la Coalition de la société civile du PK, un réseau d’organisations non gouvernementales en Afrique, en Europe et en Amérique du Nord qui représente le point de vue et les préoccupations des mineurs artisanaux du secteur diamantifère auprès des entreprises et des gouvernements avec lequel nous collaborons encore. Ensemble, nous amenons les gouvernements à renforcer leurs contrôles internes et le secteur privé à instaurer des mesures de traçabilité et de diligence raisonnable tout au long de leur chaîne d’approvisionnement en diamants.

Nous favorisons en outre le dialogue sur le commerce illicite des diamants avec les partenaires, notamment des organismes nationaux et internationaux d’application de la loi, des agences frontalières et douanières, des décideurs, des chefs de file de l’industrie et des institutions financières.

Nous soutenons les approches régionales visant à mettre fin à la contrebande et au commerce illicite, et nous faisons partie de l’équipe technique qui conseille la Côte d’Ivoire, le Libéria, la Sierra Leone et la Guinée dans l’élaboration d’une stratégie commune pour renforcer la conformité avec le PK.

Enfin, nous conscientisons et informons les consommateurs sur l’origine des diamants qui les entourent.


La conférence d’Ottawa fait valoir le rôle des ressources naturelles dans la paix et le développement

En septembre, IMPACT a réuni une centaine de parties prenantes à l’occasion d’une journée de réflexion consacrée…

L’industrie du diamant doit balayer devant sa porte

12 novembre 2018 – Londres, Ottawa, Washington L’industrie diamantaire doit respecter sa promesse visant à garantir aux…

Appel de la société civile au sujet des abus, des conflits et du manque de transparence dans la chaîne d'approvisionnement en diamants

L’industrie du diamant continue d’être entachée par des liens entre le secteur du diamant et les atteintes…

IMPACT se joint à la société civile pour demander à ce que l’industrie des bijoux passe à l’action

Près de 30 organisations à but non lucratif et organismes communautaires en appellent à l’industrie des bijoux…

Des diamants de conflit de la RCA pénètrent les marchés internationaux via le Cameroun

Le Processus de Kimberley doit réagir à la suite de la parution d’un nouveau rapport révélant que…

Déclaration de la société civile au 10ème Forum sur les chaînes d'approvisionnement responsables en minerais, Paris, 10-12 mai 2016

Les organisations nationales et internationales de la société civile qui travaillent à promouvoir la transparence et la…

La société civile boycotte le Système de certification des diamants de conflit

La société civile boycotte le Système de certification des diamants de conflit La nomination des EAU à…

La société civile exprime son vote de non confiance sur le système des diamants de conflit

23 Juin, 2011 Les organisations de la société civile ont aujourd’hui exprimé un vote de non confiance…

Les industries de l’électronique et de l’automobile doivent mettre en œuvre la diligence raisonnable pour arrêter le commerce des minerais du conflit

Goma/Kinshasa/Londres/Ottawa/Paris/Washington – 26 mai 2011 Les organisations CENADEP- Kinshasa, CCFD Terre Solidaire, Enough Project, Global Witness, Partenariat…

Le système mondial de certification des diamants est sur la voie de l'échec selon une ONG canadienne

La contrebande, les voilations des droits de la personne et l’inaction des gouvernements menacent le mécanisme mondial…

Les diamants de sang ne sont pas la clef de la reprise économique du Zimbabwe

La suspension du Zimbabwe du Processus de Kimberley est essentielle le 3 août 2009 Cinq mois après la…

Ian Smillie se retire

Ian Smillie, le coordonateur de recherche de Partenariat Afrique Canada, a décidé de quitter son poste à…

Les organismes mondiaux de réglementation du diamant s'embourbent L'ONU est appelée à intervenir

le 2 mars 2009 Les diamants sont devenus un important facteur dans la tentative désespérée de Robert…