Vers la consolidation de la paix


La demande en ressources naturelles – y compris en provenance de pays présentant des risques liés à la sécurité ou aux violations des droits de la personne – s’accroit à l’échelle mondiale. Les pays en voie de développement ne profitent pas pleinement de leurs ressources naturelles, qui, au contraire, ont souvent tendance à encourager, attiser ou entretenir les conflits.

Les changements climatiques auront sans aucun doute un effet multiplicateur sur les conflits liés à la mauvaise gestion des ressources naturelles. Les femmes restent les plus durement touchées par ces changements au sein de leur environnement.

En parallèle, les consommatrices et consommateurs optent pour des produits qui ont une incidence sociale positive, qui proviennent de sources éthiques, qui sont respectueux de l’environnement et sans conflit.
Cette journée de conférences abordera les obstacles auxquels sont confrontés les actrices et les acteurs à l’échelle locale lorsque celles et ceux-ci se mobilisent pour transformer la gestion de leurs ressources naturelles en vue de contribuer de façon concrète au développement durable. La conférence réunira un large éventail d’intervenantes et intervenants issus de la société civile, du monde universitaire, de groupes de réflexion, ainsi que des spécialistes de l’industrie et des décisionnaires politiques, qui échangeront sur des solutions innovantes et les possibilités d’améliorer la sécurité, le développement et l’égalité des genres dans le secteur des ressources naturelles.

Deux représentantes des communautés minières artisanales de l’or ouvriront et clôtureront les discussions – partageant des expériences de première main et leurs idées quant à la manière dont les parties prenantes peuvent appuyer une meilleure gestion des ressources naturelles qui tienne compte de  l’autonomisation économique des femmes, la consolidation de la paix et le développement durable des communautés.

25 septembre 2018

De 8 h 30 à 17 h

Aspects Logistiques

Téléchargez nos informations sur le voyage et l’hébergement à Ottawa.

Inscription obligatoire et espaces limités restent

Envoyez un courriel à events@impacttransform.org pour vous inscrire maintenant.

IMPACT

Auparavant Partenariat Afrique Canada, en savoir plus sur la façon dont nous avons travaillé dans les zones où la sécurité et les droits de la personne sont menacés depuis 30 ans.


#AutonomisationLocale



Programme


Programme sous réserve de modification


De 8 h 30 à 9 h

Inscription et café


De 9 h à 9 h 10

Mot de bienvenue et discours d’ouverture


De 9 h 10 à 9 h 45

La réalité du terrain : vers l’autonomisation économique des exploitantes minières artisanales

Dans cette causerie d’ouverture, deux exploitantes minières artisanales de l’or de la région des Grands Lacs d’Afrique, nous entretiennent de la façon dont la gestion des ressources naturelles et des produits de base de grande valeur façonne leur réalité quotidienne dans un contexte où la sécurité et les droits de la personne sont menacés. Elles proposent une réflexion sur la manière dont cette richesse naturelle est liée aux conflits. Elles abordent aussi les considérations sexospécifiques inhérentes à l’exploitation aurifère, ainsi que la façon dont celle-ci peut favoriser le processus de consolidation de la paix, le développement communautaire et l’autonomisation économique des femmes.

De 9 h 45 à 11 h

Comment les cadres réglementaires internationaux, les lois et les accords de paix peuvent favoriser l’appropriation locale de la gestion des ressources naturelles

Les panélistes proposent un survol du contexte politique et réglementaire actuel et présentent les outils dont disposent les législatrices et législateurs pour encadrer la gestion des ressources naturelles. Ils se penchent sur les restrictions imposées par ces cadres législatifs et réglementaires, ainsi que sur la possibilité qu’ils offrent de soutenir les communautés locales en faisant en sorte que l’exploitation des ressources naturelles contribue au développement durable, à l’égalité des genres et au processus de consolidation de la paix.

De 11 h à 11 h 15

Pause-café


De 11 h 15 à 12 h 30

Promouvoir la paix dans le domaine de l’environnement malgré la menace du changement climatique sur la gestion équitable des ressources naturelles

Les panélistes examinent l’incidence du changement climatique sur les communautés et la gestion des ressources naturelles, de même que sa capacité à exacerber les conflits. Ils s’intéressent plus particulièrement aux répercussions que le changement climatique et le manque de ressources peuvent avoir sur des personnes de sexe, d’origine ethnique ou de classe sociale différente. Ils traitent également des moyens en place pour aider les communautés locales à progresser vers la consolidation de la paix dans le domaine de l’environnement en s’appuyant sur des exemples concrets qui illustrent la manière dont ces communautés s’adaptent à ces défis.

De 12 h 30 à 13 h 30

Repas du midi


De 13 h 30 à 14 h 30

Approvisionnement responsable : perspectives et obstacles pour les actrices et acteurs de la chaîne d’approvisionnement

Cette séance porte sur les pratiques d’approvisionnement responsables des ressources naturelles et sur les défis qui attendent les actrices et acteurs tout au long de la chaîne d’approvisionnement qui souhaitent favoriser la sécurité, le développement durable et l’autonomisation économique des femmes au sein des communautés locales. La séance débute par un partage d’expériences en amont, des exploitations minières artisanales à celles et ceux liés au secteur privé de toutes tailles qui œuvrent à appliquer des pratiques d’approvisionnement éthiques, viables pour l’environnement et libres de conflits.

De 14 h 30 à 14 h 45

Pause-café


De 14 h 45 à 16 h

Solutions innovantes pour s’approprier la gestion des ressources naturelles là où la sécurité et les droits de la personne sont menacés

Dans le cadre d’une série de discussions illustratives, les panélistes présentent les solutions innovantes qui sont élaborées et mises à l’essai afin d’aider les communautés locales à se mobiliser pour s’approprier la gestion des ressources naturelles dans les régions où la sécurité et les droits de la personne sont menacés.

De 16 h 30 à 16 h 50

Redonner le pouvoir aux communautés locales

Pour clore l’événement, deux exploitantes artisanales de l’or se prêtent à nouveau à une causerie et expriment leur point de vue sur cette journée de conférence. Leurs réflexions portent sur ce que signifie pour elles l’appropriation locale de la gestion des ressources naturelles et sur la façon dont les idées et solutions proposées tout au long de la journée peuvent avoir des retombées pour leurs communautés minières, ainsi que pour d’autres communautés également tributaires de l’exploitation des ressources naturelles.

De 16 h 50 à 17 h

Mot de clôture et remerciements



Conférencières et Conférenciers


Vérifier à nouveau chaque semaine pour voir la liste actualisée des conférencières et conférenciers .  
*la version en français va suivre sous peu


Alyssa Newman

Google, gestionnaire, Programme de la chaîne d’approvisionnement responsable

Alyssa, qui est gestionnaire du programme de la chaîne d’approvisionnement responsable chez Google, se concentre sur les minéraux de conflit. Alyssa compte plus de 20 ans d’expérience dans le secteur de l’énergie et de l’environnement. Elle a assumé diverses fonctions liées à la responsabilité sociale des entreprises (dans le secteur privé, au gouvernement et dans des organismes sans but lucratif). En 2008, elle a lancé l’initiative Durabilité de SunPower, et créé la Fondation SunPower, où elle gère des programmes énergétiques mondiaux d’une valeur de 5 millions de dollars et des dons de technologie solaire de plus de 1 MW. Elle siège au conseil d’administration de plusieurs organismes sans but lucratif travaillant à l’intersection des conflits, du changement climatique et de la conservation.

Brice de Schietere

Délégation de l’Union européenne au Canada, chef adjoint de mission

Brice de Schietere est né à Fontainebleau, en France. Il a été chargé de cours au Collège européen de Parme, en Italie et a obtenu une bourse de l’Union européenne (UE) pour étudier à la faculté de droit et de diplomatie Fletcher de l’Université de Tufts. Brice de Schietere a travaillé pour l’UE pendant 18 ans. Il a été membre de l’équipe des négociations entourant l’accession de la Bulgarie à l’UE; correspondant adjoint pour l’Europe à la Politique étrangère et de sécurité commune de l’UE, à Bruxelles; conseiller politique et chef adjoint de la Section politique de la délégation européenne à Washington, D.C., et plus récemment, il a agi comme assistant du directeur général du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, à l’UE (Bruxelles), avant d’accepter son poste actuel de chef adjoint.

Bruce Broomhall

Université du Québec à Montréal, Professeur de droit | IMPACT, Membre du conseil d’administration

Bruce est professeur de droit à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Comptent parmi ses intérêts de recherche les efforts pour établir un système légitime et effectif de Justine internationale, par exemple la juridiction universelle, la Cour criminelle internationale, les conséquences des économies de guerre illégales sur la sécurité des citoyens ainsi que les responsabilités légales des acteurs commerciaux dans les zones de conflits. Avant d’enseigner à l’UQAM, Bruce a fait la promotion de la justice criminelle internationale au sein de diverses organisations de la société civile.

Bruce Calder

Claigan Environmental, vice-président des Opérations

Bruce est le vice-président des Opérations chez Claigan Environmental, et une autorité dans l’exercice du devoir de diligence et des minéraux de conflit. Bruce a témoigné devant le Congrès sur les minéraux de conflit et son travail sur les minéraux de conflit est cité dans la Règle définitive de la SEC sur les minéraux de conflit. Le travail de Bruce sur le devoir de diligence dans le contexte des minéraux de conflit et les régions à risque a été cité par Bloomberg, le New Yorker et le Wall Street Journal. Bruce a signé plus de 30 rapports sur les minéraux de conflit de la SEC. De plus, Claigan Environmental est le seul fournisseur de service à avoir passé haut la main un audit indépendant fondé sur le Guide OCDE sur le devoir de diligence.

Carrie George

Experte en approvisionnement responsable

Grâce à son expertise acquise au sein des industries de la bijouterie, de l’électronique et du vêtement, Carrie œuvre à mieux cartographier les chaînes d’approvisionnement et à en atténuer les effets sociaux et environnementaux négatifs. À titre de directrice de l’approvisionnement responsable chez Brilliant Earth, elle a noué des partenariats avec des entreprises telles que Everledger, chef de file des bijoutiers en ligne, qui a travaillé avec ses principaux fournisseurs afin de développer la première chaîne de blocs intégrale pour l’industrie des diamants. Dans le cadre de son travail pour J.Crew et d’autres fabricants de vêtements, elle a conçu des programmes visant à investiguer et à améliorer les conditions de travail en Chine, aux États-Unis et au Mexique. En tant que chef des programmes d’approvisionnement responsable d’Apple, Carrie a proposé des projets d’atténuation ciblés portant sur le travail des enfants et la pauvreté au Congo, ainsi que sur les enjeux constants en matière de dégradation de l’environnement, de santé et de sécurité qui touchent les communautés liées à l’extraction minière et à la fabrication dans le monde.

Christopher Huggins

Université d’Ottawa

Chris mène des recherches sur le développement agricole, les moyens de subsistance en milieu rural et la gestion des ressources naturelles en Afrique, en particulier à la suite de conflits. Il a œuvré comme consultant pour des agences de l’ONU et des organismes non gouvernementaux, a travaillé pour Human Rights Watch et a été chercheur associé au Centre africain d’études technologiques. Il est titulaire d’un doctorat en géographie (avec une spécialisation en économie politique) de l’Université Carleton et d’une maîtrise en études de l’environnement de l’Université de Strathclyde, au Royaume-Uni. Il est coéditeur de deux ouvrages en plusieurs volumes, a été directeur invité d’un numéro spécial de Third World Thematics sur l’extraction minière artisanale en Afrique, et a publié plusieurs articles dans des revues. Son livre, Agricultural Reform in Rwanda: Authoritarianism, Markets and Zones of Governance, est paru chez Zed Books en 2017.

Daniel Eizenga

UQAM, Centre FrancoPaix de la Chaire Raoul-Dandurand, chercheur postdoctoral

Daniel est titulaire de bourse post doctorale au sein du Centre FrancoPaix de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques à l’Université du Québec à Montréal. Il est également chercheur associé au sein du Sahel Research Group de l’Université de Floride. Son doctorat lui a été attribué par le Département de sciences politiques de l’Université de Floride. Il a donné des cours sur la politique et la société africaines, ainsi que sur les politiques du développement. Dan a mené des recherches de terrain approfondies dans la partie francophone du Sahel, en Afrique, où il a passé 18 mois consécutifs dans le cadre de sa thèse, analysant la façon dont différentes configurations d’institutions politiques, de relations entre les sphères civile et militaire et d’institutions traditionnelles tentent de gérer les revendications de la société civile pour une libéralisation accrue des régimes politiques contemporains du Burkina Faso, du Tchad et du Sénégal. Il a en outre conduit des recherches sur la prévention de l’extrémisme violent à titre de consultant au Tchad et au Burkina Faso.

Gisèle Eva Côté

IMPACT, Specialiste en genre

Gisèle dirige les activités d’égalité des genres de IMPACT pour développer, mettre en œuvre et superviser des stratégies en consultation avec les communautés locales. Elle forment les membres du personnel ainsi que des organismes des formation sur les droits des femmes. Gisèle possède plus de 25 années d’expérience à l’échelle internationale, notamment dans la conception et la gestion de projets relatifs aux droits de la personne, des femmes et des peuples autochtones ainsi qu’aux droits à la terre et aux ressources naturelles. Gisèle possède une vaste expérience sur le terrain avec des organismes populaires et des organismes sans but lucratif en Amérique latine et en Afrique. Elle a concentré ses recherches sur les crimes de violence sexuelle dans les situations de conflit ou d’après-conflit et a examiné les problèmes relatifs à l’exploitation minière dans l’optique du genre.

Joanne Lebert

IMPACT, Directrice générale

Joanne s’est jointe à IMPACT en 2011 et dirige notre travail visant à améliorer la gestion des ressources naturelles dans les zones où la sécurité et les droits de la personne sont menacés. Son travail s’est concentré sur la contribution à l’exploitation de minéraux libre de conflits et provenant de sources d’approvisionnement responsables. Elle a aidé des gouvernements d’Afrique centrale à lancer et à mettre en œuvre une stratégie régionale pour lutter contre les minéraux de conflit. Avant d’occuper ce poste, Joanne travaillait au Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne de l’Université d’Ottawa où ses travaux portaient principalement sur la violence basée sur le genre dans des contextes de conflit en Afrique et ses rapports avec l’industrie extractive. Elle a aussi été directrice adjointe de l’organisme sans but lucratif canadien Peacebuild. De plus, Joanne a été chargée de cours à l’Université Carleton et a travaillé pour l’OSCE en Bosnie-Herzégovine et en Croatie, pour Amnistie internationale ainsi que pour CARE International en Zambie.

Jonathan Nellis

Ambassade des États-Unis à Ottawa, conseiller économique adjoint

Jonathan fait partie du personnel de carrière du Service extérieur des États-Unis. Il a intégré la section économique de l’ambassade des États-Unis à Ottawa en 2016, où il travaille sur le commerce, les droits de propriété intellectuelle et la coopération en matière de réglementation. Il a précédemment occupé le même poste au sein de l’ambassade des États-Unis à Mexico, où il s’est concentré sur des enjeux macroéconomiques et financiers ainsi que sur la supervision des démarches de l’ambassade dans le cadre du Mexico-U.S. Entrepreneurship and Innovation Council. Auparavant détaché à l’ambassade des États-Unis à Buenos Aires, en Argentine, il a été membre de sa section consulaire. Jonathan a en outre servi au sein du Département d’État à Washington, D.C., à titre d’agent supérieur responsable du commerce et de l’investissement du Bureau des affaires africaines, puis de chargé de dossier pour le Salvador. Avant de s’engager dans le Service extérieur, Jonathan a travaillé dans le secteur privé, chez Thomson Prometic, en tant que gestionnaire de la planification du centre d’essai. Il a également mené des recherches pour la Banque mondiale sur le rôle du secteur privé dans le financement des infrastructures et a fait partie du Corps des volontaires de la paix au Sénégal. Jonathan est titulaire d’un baccalauréat ès arts en économie politique internationale du Colorado College et d’une maîtrise en administration des affaires avec une majeure en finance de l’Université du Michigan.

Denise Kahambu Vaherenie

Exploitante minière artisanale de l’or de la République Démocratique du Congo

Kahambu Vaherenie travaille comme exploitante minière artisanale de l’or alluvionnaire dans un site situé dans la province de l’Ituri en République démocratique du Congo. . Elle dirige une équipe minière composée seulement de femmes. Elle siège sur le Conseil d’administration de la coopérative minière dénommée CODEMA où elle promeut la participation égale des femmes dans les sites miniers. Kahambu Vaherenie est encadreuse auprès des exploitantes et exploitants miniers et membres de sa communauté qui désirent accéder à l’épargne et au crédit dans le cadre du projet AFECCOR de IMPACT. Son rôle consiste à accompagner les groupes d’épargne au niveau des procédures financières et comptabilité de base. Elle a été élue Coordinatrice du Réseau pour l’autonomisation des communautés minières (REAFECOM) et été porte-parole des femmes minières lors de rencontres provinciale et nationale dans leur lutte pour la reconnaissance de leurs droits.

Lance Hooper

Cobalt Blockchain Inc., président et chef des opérations

Au cours des vingt dernières années, Lance a joué des rôles de premier plan, tant à ses débuts comme employé que comme fondateur d’entreprises minières et technologiques émergentes. Depuis 10 ans, Lance occupe des postes de direction au sein d’entreprises et a assumé les fonctions de directeur de compagnies minières publiques et privées au Canada, au Pérou, en Afghanistan et en République démocratique du Congo (RDC). Depuis 2015, Lance est le moteur d’une entreprise de négoce de matières premières (étain, tantale, tungstène – et maintenant du cobalt) produites de manière éthique dans des exploitations minières artisanales de la RDC.

Luke Sookocheff

Affaires mondiales Canada, Directeur adjoint, politique des ressources naturelles

De 2014 à 2018, Luke était chef de programme politique à l’ambassade du Canada au Pérou. Auparavant, Luke a été directeur adjoint responsable pour les Caraïbes, coordonnateur pour le Sommet des Amériques, et analyste à l’Agence canadienne de développement international pour les programmes de développement du Zimbabwe, Kenya et Malawi. De 2004 à 2007 Luke a été en poste au Haut-Commissariat du Canada à Nairobi (Kenya) et était responsable des relations bilatérales avec le Rwanda et le Burundi. De 2001 à 2004 Luke a travaillé à Ottawa (et à l’ONU) sur les droits de la personne et la politique humanitaire.

Marie Bélanger

Affaires mondiales Canada, Agente principale de développement, Programme Pan-africain et régional de développement

Marie s’intéresse en développement depuis plus de 20 ans, comme fonctionnaire fédérale mais aussi comme citoyenne impliquée dans sa communauté. Elle est actuellement agente principale de développement sur le programme régional Pan-Africain à Affaires Mondiales Canada et a eu l’occasion de travailler au sein de différents programmes à l’Agence canadienne de développement (ACDI) et d’autres ministères fédéraux. Elle a travaillé 5 ans au Nunavut et s’intéresse aux questions de gouvernance en lien avec les peuples autochtones. Elle est médiatrice et s’implique activement auprès de Centraide Outaouais depuis plusieurs années.

Mora Johnson

Avocate

Mora est avocate et experte-conseil en matière de pratiques commerciales responsables. Avant de commencer sa pratique du droit, Mora a travaillé plus de 10 ans à Ressources naturelles Canada et Affaires mondiales Canada. Elle a notamment négocié et appliqué des normes réglementaires et volontaires liées à la transparence et aux pratiques commerciales dans le secteur de l’extraction. Elle a contribué à l’élaboration de normes, par exemple des Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme des Nations Unies, des Principes volontaires et de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives. En 2011, elle a été élue coprésidente du processus de négociation d’une norme sur l’or de la guerre à l’OCDE. De plus, de 2012 à 2015, elle a été présidente élue du Forum sur les chaînes d’approvisionnement en minerais responsables de l’OCDE.

Moza Zawadi

Exploitante minière artisanale de l’or de la République Démocratique du Congo

Moza Zawadi travaille comme exploitante minière artisanale de l’or de rocher dans un site minier situé dans la province de l’Ituri en République démocratique du Congo, où elle dirige une équipe minière composée de femmes. Moza Zawadi collabore au projet Or Juste depuis 2015. Elle est membre du Conseil de surveillance de la coopérative minière dénommée CODEMA. Elle participe également au projet AFECCOR de IMPACT qui aide les exploitantes et exploitants miniers à accéder à l’épargne et au crédit. Dans le cadre de ce projet, Moza Zawadi agit à titre de mentor auprès des groupes d’épargne de sa communauté en ce qui a trait aux procédures financières et la comptabilité de base. Elle est parmi les membres fondatrices du Réseau pour l’autonomisation des communautés minières (REAFECOM). Moza Zawadi plaide pour la reconnaissance des femmes et leur participation pleine et entière dans le secteur minier artisanal.

Paulo de Sa

IMPACT, Membre du conseil d’administration

Paulo était un conseiller principal à la Banque interaméricaine de développement et un gestionnaire spécialisé pour le pôle Énergie et industries extractives de la Banque mondiale, au sein duquel il a coordonné et dirigé les activités de prêt et d’assistance technique dans les secteurs pétrolier, gazier et minier dans plus de 50 pays. Il a également dirigé trois programmes et partenariats mondiaux dans les secteurs pétrolier, gazier et minier, à savoir l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (EITI), le partenariat Global Gas Flaring Reduction (GGFR) et le projet Extractive Industries Technical Advisory Facility (EI-TAF). Au sein de la Banque mondiale, Paulo a aussi occupé les postes de directeur des opérations pour l’Amérique latine et d’économiste industriel en chef. Avant de se joindre à la Banque mondiale, il a œuvré au sein du service Stratégie et opérations pour Usinor-Sacilor, un chef de file du secteur sidérurgique en France. Il est titulaire d’un doctorat de MINES ParisTech en économie minière.

Patience Singo

IMPACT, Conseiller en gouvernance

Patience est le spécialiste technique de IMPACT de l’extraction artisanale et à petite échelle de l’or. Il offre des conseils et son soutien technique dans le cadre du projet Or Juste. Il nous aide aussi à concevoir des stratégies pour améliorer les systèmes de gouvernance, dont la réduction du mercure et la gestion des autres risques environnementales de l’extraction artisanale et à petite échelle de l’or. Il a travaillé pendant près de dix ans comme chef de projet pour un projet minier artisanal et durable avec la Confédération suisse pour le développement et la coopération en Mongolie, et a auparavant agi à titre de conseiller technique pour le projet mondial UNIDO visant à réduire l’utilisation du mercure dans l’exploitation artisanale et à petite échelle de l’or. Parmi ses importants travaux menés à l’international, Patience a mené des études et des projets en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie.

Robin Gambhir

Fair Trade Jewellery Co, PDG et cofondateur

Robin est PDG et cofondateur de Fair Trade Jewellery Co (FTJCo), la première joaillerie d’Amérique du Nord pratiquant le commerce équitable. Diplômé de l’Université Western et de l’Université de Toronto, Robin a travaillé pendant 25 ans dans le commerce international des bijoux avant de créer FTJCo, avec son associé, Ryan Taylor. FTJCo est devenu un chef de file mondial de l’approvisionnement responsable en matières premières et possède un certain nombre de certifications, notamment de la B Corporation et du Responsible Jewellery Council. L’entreprise produit des bijoux personnalisés, des bagues de fiançailles et des alliances dans son atelier de Toronto, grâce à une équipe composée de 80 % de femmes.

Rolland Morier

Northern Strategies Inc., Président | IMPACT, Président du conseil d’administration

Rolland est président du cabinet-conseil Stratégies nordiques inc. Il a auparavant occupé divers postes de haute direction dans les industries des mines et des produits chimiques, plus récemment à titre de vice-président, Finances et stratégies de la minière IOC, une filiale de Rio Tinto. Il a participé à des projets miniers en Afrique du Sud, à Madagascar, en Guinée et au Canada. Aujourd’hui, il apporte ses conseils à des clients des secteurs industriel et financier, et il fait du mentorat bénévole auprès de propriétaires de petites entreprises de la région de Montréal, en plus de travailler avec des organismes à but non lucratif. Il est fellow de l’Ordre des comptables professionnels agréés du Canada et ancien membre du conseil d’administration de l’Ordre des comptables en management accrédités du Québec.

Ryan Taylor

Consensas, PDG et fondateur 

À titre de fondateur et de PDG de Consensas, Ryan apporte son expertise du secteur de la joaillerie à la création de solutions technologiques misant sur les réseaux de confiance entre diverses parties prenantes, et ce, afin d’harmoniser les données et de faciliter l’échange d’information. Grâce à l’engagement ferme de Consensas envers l’équité, la durabilité et la communauté, le projet Or Juste d’IMPACT a pu bénéficier d’un premier processus de documentation numérique, vérifié et sécurisé.

Silja Halle

Programme des Nations Unies pour l’environnement, coordonnatrice du programme conjoint sur les femmes, les ressources naturelles et la paix 

Silja coordonne le Programme sur les femmes, les ressources naturelles et la paix, administré conjointement par le Programme des Nations Unies pour l’environnement, le PNUD, ONU Femmes et le Bureau d’appui à la consolidation de la paix (BACP). Ce programme mise sur les interventions dans le secteur des ressources naturelles pour renforcer le pouvoir politique et économique des femmes et leur participation à la prévention des conflits et la consolidation de la paix. Silja s’est jointe au Programme des Nations Unies pour l’environnement en 2006. Auparavant, elle coordonnait le sous-programme Catastrophes et conflits de la même organisation. À ce titre, elle supervisait et orientait l’élaboration de programmes et de politiques et surveillait la mise en œuvre de cadres de suivi. Elle se consacrait aussi à la création de partenariats au sein du système des Nations Unies et à l’extérieur. Elle a également cosigné une série de documents sur les politiques du Programme des Nations Unies pour l’environnement, qui portaient sur la dimension environnementale des conflits et de la consolidation de la paix.

Albertine Zawadi Mambo

SOFEPADI, Coordinatrice

Juriste de formation, Zawadi Mambo est passionnée par la promotion et la défense des droits de femmes et des enfants. Elle est coordinatrice de Solidarité féminine pour la paix et le développement intégral (SOFEPADI) qui œuvre dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu en République démocratique du Congo. Elle coordonne toutes les activités au sein de la SOFEPADI afin de matérialiser la noble vision de vivre dans une RDC où les femmes et les filles auront un accès égal aux droits au même titre que les hommes. SOFEPADI mène des actions de mobilisation communautaire et de sensibilisation contre les violences faites aux femmes et travaille avec les leaders communautaires, les chefs coutumiers, les femmes, les hommes et les jeunes pour leur implication effective dans la lutte contre les violences à l’égard des femmes. Depuis deux ans, Zawadi s’investit dans le projet Or Juste en tant que première facilitatrice des ateliers communautaires portant sur les droits de la personne, les droits des femmes et l’égalité des genres.


La conférence est rendue possible grâce au soutien généreux des organisations suivantes :