Les Ougandaises retrouvent leur site minier

La Mubende Women Gold Miners Association (MUWOGOMA) n’en est pas à son premier défi en tant qu’unique regroupement d’exploitantes aurifères artisanales dirigé par des femmes et exclusivement composé de femmes en Ouganda. Mais ses membres n’étaient pas préparées à perdre complètement l’accès à leur site minier – ainsi que leur gagne-pain.

L’Association a été fondée en 2004 par 30 exploitantes aurifères artisanales après avoir déposé une demande de permis d’exploitation d’un site minier situé dans le centre de l’Ouganda. Aujourd’hui, ce sont plus de 200 membres qui la composent.

Comme les activités d’exploitation aurifère exigent l’octroi de préfinancement, la MUWOGOMA a conclu, en septembre 2020, un accord d’investissement à des conditions défavorables pour l’Association. Une étude réalisée par IMPACT révèle en effet que les emprunts souscrits par des femmes prévoient souvent des modalités de remboursement extrêmement désavantageuses, comme des taux d’intérêt élevés. Surtout, l’étude d’IMPACT indique que le taux d’alphabétisation est très faible parmi les membres de l’Association. C’est donc avec difficulté que celles-ci peuvent lire les contrats d’investissement et en négocier les clauses.

En plus de sa dette croissante, la MUWOGOMA a présenté une demande afin de renouveler son certificat d’inscription, mais les autorités ont laissé stagner son dossier. De l’avis de ses membres, les fonctionnaires les ont fait poireauter parce que leur association minière était composée de femmes.

Par conséquent, l’Association a vu ses activités d’exploitation interrompues vers la fin de 2020 par une interdiction d’accès au site minier. La plupart de ses membres se sont mises à la recherche d’autres moyens de subsistance comme la vente de denrées alimentaires ou de savon. Certaines femmes ont continué à travailler comme chercheuses d’or sur d’autres sites miniers moyennant un salaire ne dépassant pas les 5 000 UGX par jour, soit l’équivalent de 1,70 $ CA.

Le comité de direction de l’Association a recruté deux hommes pour tenter de résoudre le problème du permis d’exploitation et du remboursement de l’emprunt auprès de l’investisseur, mais en vain. Non seulement ces problèmes n’ont pas été résolus, mais les deux hommes ont muselé toutes les femmes du comité de direction et ont repris le contrôle des décisions.

Dans le cadre du projet Creuser pour l’égalité, IMPACT a entrepris, vers la fin de 2020, de travailler avec la MUWOGOMA pour analyser son droit d’accès au site minier et sa structure organisationnelle afin de soutenir l’autonomisation des exploitantes minières artisanales.

Le projet Creuser pour l’égalité d’IMPACT vise à améliorer la sécurité, l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes dans le secteur de l’exploitation minière artisanale de trois pays, la République démocratique du Congo (RDC), l’Ouganda et le Zimbabwe. Le projet offre un soutien aux femmes travaillant dans le secteur de l’exploitation minière artisanale et à petite échelle (EMAPE) en vue de réduire les obstacles qui se dressent devant elles et de les aider à atteindre l’égalité des genres.

Grâce au développement des ressources du comité de direction et à l’élaboration d’un plan stratégique, la MUWOGOMA a convoqué ses membres, qui ont voté en faveur du remplacement des deux hommes. L’Association est ainsi redevenue un groupe féminin à part entière.

IMPACT a également aidé la MUWOGOMA à trouver un cabinet d’avocats dirigé par des femmes afin de mener la négociation des modalités d’emprunt et du remboursement de la dette auprès de l’investisseur. Grâce au renforcement de ses capacités et à un accompagnement soutenu, la MUWOGOMA a continué à faire pression pour obtenir le renouvellement de son permis d’exploitation, qui lui a finalement été accordé.

Ainsi, la MUWOGOMA a obtenu l’accès au site minier, dont elle relancé l’exploitation le 23 avril 2021. L’Association a décidé de ne plus dépendre d’investissements externes et de financer ses activités grâce à la part du revenu de ses membres consacrée à l’épargne.

Les acteurs du projet Creuser pour l’égalité ont poursuivi leur collaboration avec la MUWOGOMA et ont continué d’accroître la capacité de l’Association à défendre les intérêts de ses membres. Le projet prévoit la formation et le renforcement des compétences des exploitantes minières afin qu’elles puissent tirer un meilleur profit de leur travail.

Pour en savoir plus sur le projet Creuser pour l’égalité, visitez le site web d’IMPACT.

Creuser pour l’égalité est réalisé avec l’appui financier du gouvernement du Canada agissant par l’entremise d’Affaires mondiales Canada.