Libéria


IMPACT au Libéria


Nos travaux au Liberia concernent principalement le soutien de nouvelles approches en matière de gestion des ressources naturelles.


Du caoutchouc, fer de lance de l’économie de ce pays à ses débuts, aux forêts vastes et aux gisements miniers, le Liberia est riche en ressources naturelles. Le bois d’œuvre et le caoutchouc demeurent les principales sources d’exportation, mais les investissements étrangers favorisent de plus en plus le secteur minier.

Environ 100 000 personnes participent à l’extraction minière artisanale au Liberia, surtout pour extraire de l’or et des diamants. Souvent informelles, leurs activités contribuent largement à l’économie du Liberia. En 2015, on estimait que l’extraction minière artisanale représentait 18 % de l’ensemble des exportations officielles de minéraux.

En dépit de ses richesses en ressources, le Liberia n’est toujours pas parvenu à instaurer la paix et le développement durable, et ce, plus de dix ans après la fin de la guerre civile. Les infrastructures et les services de base, davantage affaiblis par la crise du virus Ebola, représentent des défis particulièrement complexes dans ce pays. À l’heure actuelle, plus de la moitié de la population a moins de 18 ans. De nombreux adultes sont sans emploi et analphabètes. Selon le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), plus de 70 % des 4,5 millions de personnes au Liberia vivent dans la pauvreté et font face à de piètres conditions au chapitre de l’éducation, de la santé et de la qualité de vie. La corruption constitue encore une menace importante pour le développement socioéconomique.

Le Liberia est membre du Processus de Kimberley (PK); à ce titre, il doit mettre en place des contrôles internes visant à certifier que l’origine de ses diamants bruts est exempte de conflit. Bien que membre du PK, le pays est aux prises avec le commerce illicite des diamants et d’autres minéraux et perd d’importantes recettes fiscales. Le Liberia est également membre de l’Approche régionale du Processus de Kimberley dans l’Union du fleuve Mano, dans le cadre de laquelle elle collabore avec les pays voisins, soit la Côte d’Ivoire, la Guinée et la Sierra Leone, afin de renforcer la conformité au PK.


Ressources

Les principales ressources naturelles du Liberia sont le caoutchouc, le bois, le minerai de fer, les diamants, l’or, le plomb, l’eau, l’huile de palme et la faune.



Nous révélons

Nous révélons

Nos recherches en Afrique de l’Ouest concernent les catalyseurs du commerce illicite des ressources naturelles susceptibles de susciter des conflits; elles mettent l’accent sur les recommandations touchant les pays de la région, y compris le Liberia. Nous étudions des enjeux comme la formalisation du secteur minier artisanal, la réalisation d’une réforme fiscale, l’harmonisation des lois et le renforcement des contrôles internes pour mettre un terme à la contrebande.

Nous avons également fourni une analyse de la certification, de la traçabilité et du devoir de diligence au chapitre des diamants et de l’or dans la région.

En 2000, nous avons publié The Heart of the Matter: Sierra Leone, Diamonds and Human Security (disponible en anglais seulement), l’un des premiers rapports exposant le lien entre les diamants et le financement des conflits en Sierra Leone, qui mettait en cause le Liberia et ses forces armées. Ian Smilie, chercheur à IMPACT et auteur de ce rapport, a témoigné au sujet de notre enquête lors du procès de l’ancien président du Liberia, Charles Taylor, qui a été reconnu coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité commis pendant le conflit en Sierra Leone.

Nous innovons

Nous innovons

Notre visée de transformation des chaînes d’approvisionnement en minéraux nous a également amenés à poser des actions pour instaurer des mesures de traçabilité et de diligence raisonnable applicables aux minéraux, tout en mettant en avant les avantages qu’en retirent les mineurs du Liberia et leurs communautés.

IMPACT est membre de l’équipe technique soutenant l’Approche régionale du Processus de Kimberley dans l’Union du fleuve Mano et contribue à l’élaboration d’une stratégie de conformité au PK et de lutte contre le commerce illicite des diamants.

Nous partageons les pratiques exemplaires sur la gouvernance des diamants. Nous contribuons au renforcement des capacités des parties prenantes libériennes, dont les décideurs politiques, ainsi que les membres du secteur privé et de la société civile, pour la mise en œuvre des contrôles internes du PK et du Guide OCDE sur le devoir de diligence pour des chaînes d’approvisionnement responsables en minerais provenant de zones de conflit ou à haut risque.

Dans le cadre de notre collaboration avec la Coalition de la société civile du PK, nous appuyons la participation au PK de notre partenaire libérien, et nous soutenons et mettons en lumière sa capacité à surveiller de façon indépendante les contrôles internes du PK et le devoir de diligence au sein du secteur des ressources naturelles.

Nous nous engageons

Nous nous engageons

Nous stimulons le dialogue avec nos partenaires en RDC, dont les décideurs politiques et le secteur privé, afin de mettre en œuvre le devoir de diligence et une traçabilité améliorée, et de veiller à ce que les mineurs et les communautés en bénéficient.

Dans le cadre de notre partenariat avec la Coalition de la société civile du PK, la société civile du Liberia et de l’Afrique de l’Ouest fait entendre les points de vue et les préoccupations des exploitants miniers artisanaux auprès des parties prenantes de l’industrie et des gouvernements. Nous amenons les gouvernements à renforcer leurs contrôles internes, et le secteur privé à instaurer des mesures de diligence raisonnable tout au long de leur chaîne d’approvisionnement en minéraux.


Faits saillants récents


Approche régionale du Processus de Kimberley dans l’Union du fleuve Mano en Afrique de l’Ouest

Nous faisons partie de l’équipe technique qui appuie la Côte d’Ivoire, le Libéria, la Guinée et la Sierra Leone dans l’élaboration d’un plan commun pour contrer le commerce illicite de diamants et se conformer au Processus de Kimberley (PK), par le biais de l’Approche régionale dans l’Union du fleuve Mano.


Rapports de recherche antérieurs


Land Grabbing and Land Reform: Diamonds, Rubber and Forests in the New Liberia

juillet 2007

Ce rapport, co-publié par Partenariat Afrique Canada et Green Advocates de Monrovia, décrit les secteurs du bois d’oeuvre, du caoutchouc et des diamants du Libéria. Il présente ce qui devrait être fait par le gouvernement libérien et la société civile, de même que par les bailleurs de fonds, les compagnies et les ONG oeuvrant dans ce pays, afin d’assurer que les pratiques pré-guerre ne refassent pas surface et que les ressources naturelles du pays soient utilisées pour le bien-être de tous les Libériens, maintenant et dans l’avenir. Disponible en anglais seulement.

Téléchargez le rapport

Diamants sans cartes: le Libéria, les Nations Unies, les sanctions et le Processus de Kimberley

juin 2004

Ce rapport met en garde le Conseil de sécurité des Nations Unies contre la levée de son embargo de 2001 sur les diamants du Liberia tant que le pays n’aura pas mis en place un mécanisme efficace de contrôle des diamants. Les diamants ont été au cœur du cauchemar de l’Afrique occidentale depuis plus de 10 ans.

Téléchargez le rapport

L'Afrique de l'Ouest: Entre pierres et étincelles. L'économie politique des diamants et la déstabilisation régionale

mai 2003

Ce rapport fait état des flambées incessantes de violence armée dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest, en mettant en évidence le rôle des diamants et leur influence. Il conclut avec des recommandations à l’intention du Conseil de sécurité de l’ONU et du Processus de Kimberley.

Téléchargez le rapport

Déclaration de la société civile au 10ème Forum sur les chaînes d'approvisionnement responsables en minerais, Paris, 10-12 mai 2016

Les organisations nationales et internationales de la société civile qui travaillent à promouvoir la transparence et la…

La société civile boycotte le Système de certification des diamants de conflit

La société civile boycotte le Système de certification des diamants de conflit La nomination des EAU à…

PAC et la CIRGL conclut un mémorandum d’entente

PAC et la CIRGL conclut un mémorandum d’entente qui définit les domaines de coopération à l’égard de…

Partenariat Afrique Canada salue l'émission par le Rwanda de ses premiers certificats de minéraux certifiés libres de conflit de la CIRGL

Ottawa, Canada /Kigali, DRC  -Le 15 Novembre 2013 Une organisation internationale de premier plan qui œuvre dans…

La société civile exprime son vote de non confiance sur le système des diamants de conflit

23 Juin, 2011 Les organisations de la société civile ont aujourd’hui exprimé un vote de non confiance…

Les industries de l’électronique et de l’automobile doivent mettre en œuvre la diligence raisonnable pour arrêter le commerce des minerais du conflit

Goma/Kinshasa/Londres/Ottawa/Paris/Washington – 26 mai 2011 Les organisations CENADEP- Kinshasa, CCFD Terre Solidaire, Enough Project, Global Witness, Partenariat…

Un organisme canadien lance une publication sur le nouveau mécanisme de certification des minéraux de la guerre en Afrique

Ottawa- le 23 mars 2011 Partenariat Afrique Canada a lancé aujourd’hui un nouveau rapport qui expose les…

Le système mondial de certification des diamants est sur la voie de l'échec selon une ONG canadienne

La contrebande, les voilations des droits de la personne et l’inaction des gouvernements menacent le mécanisme mondial…